De la quadruple racine du principe de raison suffisante by Arthur Schopenhauer

By Arthur Schopenhauer

Show description

Read or Download De la quadruple racine du principe de raison suffisante PDF

Similar other social sciences books

Readings in Classical Chinese Philosophy

Lengthy over due, this anthology collects in a single quantity new translations of a few of the significant works through significant early chinese language philosophers-Kongzi (Confucius), Mozi, Mengzi (Mencius), Laozi, Zhuangzi, Xunzi, and Han Feizi. The booklet bargains an exceptional and balanced number of texts in readable translations that replicate the very most recent in nice scholarship.

Extra info for De la quadruple racine du principe de raison suffisante

Example text

Et cette propriété lui est essentielle. Mais tous les cas où nous avons le droit de demander pourquoi sont-ils bien contenus dans ces deux relations ? Quand je demande : Pourquoi, dans ce triangle,les trois côtés sont-ils égaux? La réponse est : Parce que les trois angles le sont, Or 36 INSUFFISANCE DE L'EXPOSÉ FAIT JUSQU'ICI l'égalité des angles est-elle la cause de celle des côtés? Non, car il ne s'agit ici d'aucun changement, par conséquent d'aucun effet, qui doive avoir une cause. Est-elle un simple principe de connaissance?

Cette théorie, qui estla théorie commune, porte, comme on le sait, le nom de réalisme. En regard du réa- DE LA PRÉSENCE IMMÉDIATE DES REPRÉSENTATIONS 45 lisme, à l'avènement de la philosophie moderne, est venu se placer l'idéalisme, qui a gagné de plus en plus de terrain. Représenté d'abord par Malebranche et Berkeley, il fut élevé par Kant à la puissance d'un idéalisme transcendantal, qui rend intelligible la coexistence de la réalité empirique et de l'idéalité transcendantale des choses; Kant, dans la Critique de la raison pratique, s'exprime entre autres en ces termes : « J'appelle idéalisme transcendantal de tous les phénomènes la doctrine en vertu de laquelle nous les considérons tous, tant qu'ils sont, comme de pures représentations et non comme des choses en soi 1.

Mais ce n'est que remplies que ces formes sont perceptibles. Leur perceptibilité, c'est la matière, sur laquelle je vais revenir tout à l'heure, et aussi au § 21. Si le temps était la forme unique de ces représentations, il n'y aurait pas d'existence simultanée (Zugleichseyn) et partant rien de permanent et aucune durée: Car le temps n'est perceptible qu'autant qu'il est rempli, et sa continuité ne l'est que par la variation de ce qui le remplit. La permanence d'un objet ne peut donc être reconnue que par le contraste du changement d'autres objets coexistants.

Download PDF sample

Rated 4.48 of 5 – based on 24 votes